Édito

Évaluer cet élément
(0 Votes)



Qu’On se le dise !

Il paraîtrait que personne ne lit les « éditos »…
Alors je vais écrire pour personne et du coup je vais me lâcher, lâchement !

Sûr qu’On ne me fera pas de procès, car On est un cOn, dit-On, qui est un con… et les cons ont autre chose à faire que d’aller au théâtre ou intenter des procès lorqu’On les provoque !

Pas sûr : Osons pour voir !

Donc, à vous qui ne me lirez pas, je n’ai rien à dire. Aux autres, je veux assurer qu’aux BAMBOUS, On ne va rien lâcher, tant que personne ne nous y oblige… en tout cas jusqu’en mai !

Après « fait ce qu’il te plaît ». Et je tremble à l’idée qu’il faille effectivement rester couvert au-delà du mois d’avril. Blague à part, l’heure est grave, il va falloir se réveiller si l’On (qui n’est pas si con !) ne veut pas laisser s’inviter des cauchemars d’un autre âge.

Alors plus que jamais je veux croire au théâtre, au contenu du théâtre, au rôle du théâtre et de la culture dans toute bonne société qui se respecte et respecte ses con citoyens… je veux y croire plus qu’à un édito qui tourne en rond et qui ratisse au carré tous les sujets (…). Plus que jamais NOUS devons veiller à cet espace sacré. Nous, c’est-à-dire On et vous, nous tous dans la chaîne des artistes, des spectateurs et des relais, nous tous qui œuvrons à ouvrir des yeux curieux sur un monde toujours inconnu.

Respecter cet espace sacré en offrant sur le plateau des BAMBOUS et celui de la Salle GRAMOUN LÉLÉ ce que la société peine à réinventer avant que d’autres vilains canards ne franchissent à leur tour le « mur du Con » !

Robin Frédéric

Téléchargez le programme

telechargez-le-programme

Billetterie en ligne

Billeterie en ligne

 

Les partenaires